jeudi 26 novembre 2009

les cycles de 7 ans (2)

CYCLE SEPTENNAIRE. (DEUXIÈME CARRÉ DE 4 x 7) :

Le premier carré ayant débouché sur la construction de son cocon, l'humain entre dans la seconde série de cycles septénaires. ici

28-35 ans : Consolidation du foyer. Après le mariage, l'appartement, la voiture, arrivent les enfants. Les biens s'accumulent à l'intérieur du cocon. Mais si les quatre premiers cycles n'ont pas été solidement construits, le foyer s'effondre. Si le rapport à la mère n'a pas été convenablement vécu, elle viendra ennuyer sa belle-fille. Si le rapport au
père ne l'a pas été non plus, il s'immiscera et influencera le couple. Si la rébellion envers la société n'a pas été réglée, il y aura risque de conflit au travail. 35 ans, c'est souvent l'âge où le cocon mal mûri éclate. Surviennent alors divorce, licenciement, dépression ou maladies psychosomatiques. Le premier cocon doit dès lors être abandonné et...


35-42 ans : On recommence tout de zéro. La crise passée, reconstruction d'un second cocon, l'humain s'étant enrichi de l'expérience des erreurs du premier. Il faut revoir le rapport à la mère et à la féminité,au père et à la virilité. C'est l'époque où les hommes divorcés découvrent les maîtresses et les femmes divorcées les amants. Ils tentent d'appréhender ce qu'ils attendent au juste non plus du mariage, mais du sexe opposé. Le rapport à la société doit aussi être revu. On choisit dès lors un métier non plus pour la sécurité qu'il apporte mais pour son intérêt ou pour le temps qu'il laisse de libre. Après la destruction du premier cocon, l'humain est toujours tenté d'en reconstruire au plus vite un second. Nouveau mariage, nouveau métier, nouvelle attitude. Si on s'est débarrassé convenablement des éléments qui le parasitaient, on doit être capable non pas de bâtir un cocon semblable mais un cocon amélioré. Si l'on n'a pas compris les erreurs du passé, on rétablira exactement le même moule pour aboutir aux mêmes échecs. C'est ce qu'on appelle tourner en rond. Dès lors les cycles ne seront plus que des répétitions des mêmes erreurs.

42-49 ans : Conquête de la société. Une fois rebâti un second cocon plus sain, l'humain peut connaître la plénitude dans son couple, sa famille, son travail, son épanouissement personnel. Cette victoire débouche sur deux nouveaux comportements. Soit on devient davantage avide de signes de réussite matérielle : plus d'argent, plus de confort, plus d'enfants, plus de maîtresses ou d'amants, plus de pouvoir, et on n'en finit pas d'agrandir et d'enrichir son nouveau cocon sain. Soit on se lance vers une nouvelle terre de conquête, celle de l'esprit. On entame alors la véritable construction de sa personnalité. En toute logique, cette période doit s'achever sur une crise d'identité, une interrogation existentielle. Pourquoi suis-je là, pourquoi vis-je, que dois-je faire pour matériel?


49-56 ans : Révolution spirituelle. Si l'humain a réussi à construire son cocon et à se réaliser dans sa famille et son travail, il est naturellement tenté de rechercher une forme de sagesse. Dès lors, commence l'ultime aventure, la révolution spirituelle. La quête spirituelle, si elle est menée honnêtement, sans tomber dans les facilités des groupes ou des pensées toutes prêtes, ne sera jamais assouvie. Elle occupera tout le reste de l'existence.

FIN DU DEUXIÈME CARRÉ DE 7 x 4 ANS.

N.B. 1 : L'évolution se poursuit ensuite en spirale.
Tous les 7 ans, on monte d'un cran en repassant
par les mêmes cases : rapport à la mère, rapport au
père, rapport à la révolte contre la société, rapport
à la construction de sa famille.
N.B. 2 : Par moments, certains humains font
exprès d'échouer dans leur rapport à la famille ou
au travail afin d'être obligés de recommencer les
cycles. Ils retardent ou évitent ainsi l'instant où ils
seraient obligés de passer à la phase de spiritualité
car ils ont peur d'être placés pour de bon face à
eux-mêmes.


Edmond Wells,
Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu, tome IV.

CYCLE SEPTENNAIRE 2

0 commentaires: