mardi 26 mai 2009

Tunisie: deux candidats pour la troisième licence de téléphonie

France Télécom -qui n’avait pas été sélectionné pour acquérir pour 1,8 md€ les 35% du capital de Tunisie Télécom mis en vente en 2006, Tecom-Dig (Dubaï) lui ayant été préféré- s’est associé pour cette offre avec Divona Télécom (du groupe de Marwene Mabrouk).

Turkcell, pour sa part, a conclu des partenariats avec les hommes d’affaires locaux Mohamed Sakher El Materi (le gendre du président Ben Ali qui vient de reprendre le groupe de presse Dar Assabah), Hamdi Meddeb (groupe agroalimentaire Délice) et Bassem Loukil (groupe diversifié Loukil ).
La licence sera octroyée pour une durée de 15 ans pour une commercialisation des services prévue en janvier 2010.

Le Tunisie comptait 83% de ses 10,5 millions d’habitants équipés d'un téléphone mobile au premier trimestre 2009 et 10% équipés d’une ligne fixe.

L'opérateur historique Tunisie Télécom (qui revendique 4,3 millions d'abonnés au mobile et plus d'un million au réseau fixe) et son concurrent privé Tunisiana, filiale d’Orascom (4,2 millions d'abonnés en 2008) se disputent déjà le marché. Ils sont aux coudes à coudes. Tunisiana serait même, selon l’opérateur privé, passé devant Tunisie Télécom en 2009 sur le marché du mobile.

dimanche 24 mai 2009

Assassinat d'Hariri : l'enquête accuse le Hezbollah





Selon les révélations du Spiegel, la commission d'enquête sur la mort de l'ancien premier ministre libanais pointerait désormais non plus la Syrie, mais bien les forces spéciales du mouvement chiite

Le Hezbollah est-il à l origine de la mort de Rafic Hariri ? C'est la conclusion à laquelle sont arrivés les enquêteurs de la commission chargée d'élucider l'assassinat survenu le 14 avril 2005, dont l'hebdomadaire allemand Der Spiegel a pu lire le rapport (lire l'article du Spiegel en anglais).

Selon ces enquêteurs, «des investigations intensives menées au Liban pointent toutes vers une nouvelle conclusion: ce ne sont pas les Syriens, mais les forces spéciales de l'organisation chiite libanaise Hezbollah qui ont planifié et exécuté» l'attentat qui a coûté la vie à l'ancien premier ministre libanais.

Ce sont principalement des surveillances électroniques qui permettent de parvenir à cette conclusion. Huit téléphones mobiles, achetés le même jour à Tripoli, au nord du Liban, ont été activés six semaines avant l'attentat et n'ont plus jamais été utilisés par la suite. Ils seraient ceux utilisés par le commando à l'origine de l'attaque au camion piégé qui a tué Hariri et 22 autres personnes.

Des conclusions gardées secrètes

Or, selon les enquêteurs, ces huit portables ont été localisés à plusieurs reprises à proximité d'autres téléphones appartenant au «bras opérationnel» du mouvement chiite Hezbollah.

Autre indice, le possesseur d'un des huit téléphones, qui a pu être identifié. IL s'agit de Abd al-Majid Ghamlush, membre du Hezbollah qui a séjourné dans un